La véracité

Publié le par Maryam

*

La Véracité

*

 

 * *

Dieu a crée les cieux et la terre par la vérité et a demandé aux hommes d’édifier leur vie sur la vérité, de sorte qu’ils ne disent que la vérité et n’agissent que selon la vérité.

*

La perplexité et le malheur des êtres humains sont dus à leur négligence de ce principe évident, à l’emprise sur leurs âmes et esprits de mensonges et d’illusions qui les ont éloignés du chemin droit.

* 

De ce fait l’attachement à la véracité en tout, le fait de s’en enquérir dans toute affaire et le recours final à elle dans tout jugement constituent un pilier fondamental dans la moral du fidèle musulman et une caractéristique essentiel dans son comportement. De même l’édification de la société en Islam était fondée depuis les origines sur le combat des suspicions, le rejet des rumeurs et l’élimination de la défiance et du soupçon.

*

Ce sont seulement les vérités qui doivent primer, dominer et être retenues pour promouvoir les différents rapports.

*

L’Envoyé de Dieu a dit :

*

« Prenez garde au soupçon, car le soupçon est le plus mensonger des propos rapportés »

 (Al- Boukhârî).

* 

Il a dit également :

**

« Laisse ce qui te porte au soupçon pour ce qui t’en éloigne, car la véracité est une sérénité et le mensonge est de la défiance ».

*(At-Tirmidhî)

 

Le Coran reproche à certains peuples leur précipitation vers les soupçons qui ont remplis leurs esprits de légendes et corrompu leur présent et leurs avenir pas des mensonges :

*

 « Vos pères ne suivent qu’une conjecture et ce qui passionne les âmes alors que la Direction de leur Seigneur leur est parvenue ».

 *

(Sourate An-Najm-L’Etoile- Verset 23)

 *

« Ils n’en ont aucune connaissance ; ils suivent une simple conjecture. La conjecture ne sert à rien contre la vérité ».

  (Sourate An-Najm-L’Etoile- Verset 28)

En raison de son grand respect pour la vérité, l’Islam harcèle les menteurs et les fustige impitoyablement.

 *

Aïcha, la Mère des croyants rapporte ceci :

*

« Il n’y avait rien de plus détestable à l’Envoyé de Dieu  que la manie de mentir. Chaque fois qu’il apprenait qu’un homme a menti, il le délogeait de son cœur jusqu’à ce qu’on lui rapporte qu’il s’en était repenti ».

(Ahmad)

*

Dans une version remontant à Aïcha :

*

 « Il n’y avait rien de plus détestable à l’Envoyé de Dieu que la que le mensonge. Quand un homme mentait en sa présence, il ne cessait de lui en tenir rigueur jusqu’à ce qu’il apprenne que cet homme s’en était repenti ».

*(Ibn Hibbân)

* 

Ceci n’est pas surprenant quand on sait que les anciens pieux se retrouvent dans les vertus et se reconnaissent en elles. Ainsi, lorsque l’un d’eux se comportait mal et cherchait à se distinguer par un comportement fautif, il devenait par cet agissement comme un galeux au milieu des sains. Son séjour ne devenait agréable que s’il était guéri de son mal.

* 

D’ailleurs les principaux traits qui caractérisaient la première communauté musulmane se résumaient dans la véracité du propos, l’exactitude de la formulation et la maîtrise des paroles.

*

Quand au mensonge, à la duplicité, à la fraude et à la calomnie, ce sont les signes d’hypocrisie et de rupture des liens avec la Foi, ou plutôt  ce sont des formes de rattachement à la Foi selon le style des fraudeurs et des calomniateurs, c’est-à-dire le style des menteurs dans leurs opposition à la réalité.

 *

Le mensonge est un vice pur qui reflète l’enracinement de la corruption dans l’âme du menteur et annonce un comportement où se forge le mal et accourt vers le péché sans nécesité impérieuse ni nature dominante.

 *

En effet il existe des vices  auxquels l’homme succombe et qui ressemble aux maladies du corps dont il ne peut de débarrasser qu’après de longs soins. C’est le cas de la peur qui paralyse les peureux, ou de l’avidité qui enchaînent les mains. Ainsi, certaine personnes mobilisés pour le jihad obligatoire avancent, pour l’accomplir, avec la chaire de poule. D’autres se mettent, lorsqu’on exige d’eux l’aumône légale , à compter l’argent de cet impôt divin avec des doigts tremblants.

*

 Evidemment, de telles natures marquées par la lâcheté ou l’avarice sont aux antipodes de celles qui vont à la mort avec ardeur et distribuent l’argent sans compter.

* 

Plus le préjudice est grand à la suite d’un mensonge propagé par un menteur invétéré plus le péché est grand auprès de Dieu. Ainsi, le journaliste qui publie de fausses informations sur des millions de gens, l’homme politique qui fournit aux gens des images fausses sur des grandes questions et l’homme intéressé qui lance exprès des accusations contre des hommes et des femmes illustres, commettent tous les trois des crimes ignobles pour leurs destinataires et lourds de conséquences pour leurs auteurs.

*

Le Prophète  a dit : 

**

« J ‘ai vu cette nuit deux hommes venir vers moi et qui m’ont dit : L’homme que tu as vu auquel on brisait les maxillaires proférait le mensonge et il en subira les conséquences jusqu’à ce que son mensonge atteigne les horizons. Il ne cesse d’être traité ainsi jusqu’au Jour de la Résurrection ».

* (Al-Boukhârî)

*

Il en est ainsi également du mensonge des gouvernants à leurs peuples. Car le mensonge du haut de la tribune est un geste mi-blanc mi-noir célèbre. Il est dit, d’ailleurs, dans le hadîth :

*

« Trois catégories d’hommes n’entreront pas au Paradis : le vieux fornicateur, l’imâm menteur et le pauvre plein d’orgueil »

*(Al-Bazzâr).

*

Soulignons que le mensonge sur la religion constitue la pire des mauvaises actions notamment s’il s’agit d’attribuer à Dieu ou à son Envoyé, des paroles qu’Il n’a pas dites. En effet, ce genre de calomnies est pervers dans sa réalité, funeste dans son résultat. L’Envoyé de Dieu  a dit :

*

« Le mensonge à mon sujet n’est pas comme le mensonge fait sur n’importe qui. Celui qui ment volontairement à mon sujet, qu’il prenne sa place en Enfer »

*(Al-Bukhârî).

* *

Parmi ce genre de calomnies, il ya l’ensemble des paroles forgées de toutes pièces par les ignorants et assignées à la Religion de Dieu, à savoir des innovations blâmables, dénuées de tout fondement religieux que les gens du commun considèrent comme de la religion alors qu’il n’en est rien. Il s’agit de paroles veines et irresponsables.

 *

Du reste, le Prophète  a attiré l’attention de sa Communauté sur l’origine de ces innovations blâmables, et il a mis en garde contre les tentations de s’y être attiré et incité les musulmans à s’attacher aux versets de leur Livre et à la conduite de leurs ancêtres pieux en disant :

*

« Il y aura à la fin des temps, dans ma communauté, des imposteurs et des menteurs qui vous parleront de ce que vous n’avez jamais entendu, ni vous, ni vos pères. Prenez garde à eux pour qu’ils ne vous égarent pas et ne sèment pas la discorde parmi vous ».

*(Mouslim).

 *

De même, l’Islam recommande d’enraciner la vertu de la véracité dans l’âme des enfants pour qu’ils l’intériorisent en grandissant et qui habituent dans tous leurs gestes et paroles. En effet, ‘Abdallâh Ibn ‘Amr rapporte ceci :

*

« Un jour ma mère m’a appelé pendant que l’Envoyé de Dieu  se trouvait dans notre maison et m’a dit : Viens je vais te donner quelque chose.»

*

Le Prophète  lui a dit alors : «Qu’as-tu voulu lui donner ?» Elle a dit : J’ai voulu lui donner des dattes. Il lui a dit : «Si tu ne lui avais rien donné, ta parole serait inscrite contre toi comme un mensonge »

*(Abû Dâwud).

*

 De même, Abû Hurayra tapporte que l’Envoyé de Dieu  a dit :

« Celui qui dit a un enfant vient, tiens, puis ne lui donne rien aura commis un mensonge »

(Ahmad).

 *

Regarde comment l’Envoyé de Dieu  enseigne au mères et au pères comment éduquer les enfants et leurs apprendre à vénérer la véracité et à se prémunir cintre le mensonge. Car, s’il avait négligé ces choses en les considérant comme des futilités, il y aurait grande crainte que les petits enfants grandissent avec l’idée que le mensonge n’est rien, alors qu’il est grave aux yeux de Dieu.

 **

D’ailleurs, cette rigueur dans la recherche de la vérité et le respect de la véracité ne cesse de s’approfondir, jusqu’à toucher les petits détails domestiques. En effet, Asma Bent Yazîd rapporte ceci : « J’ai dit : ô Envoyé de Dieu ! si l’une de nous dit, au sujet de quelque chose qu’elle apprécie, qu’elle ne l’aime pas, doit-on qualifier son attitude de mensonge ? » Il lui a dit :

*

« Le mensonge est toujours inscrit comme mensonge, au point que le petit mensonge est inscrit comme tel »

* (Muslim).

* 

Du reste, le législateur a recensé les écueils du mensonge et indiqué leurs conséquences désastreuses pour ne laisser à personne la possibilité de fuir la vérité ou de la mépriser.

  *

Il arrive à quelqu’un de trouver le mensonge facile en plaisantant, croyant qu’en matière de plaisanterie il n’y a lieu d’interdire des histoires inventée et les propos rapportés sur autrui.

*

Mais l’Islam, qui permet qu’on délasse les cœurs, n’admet cela que dans les limites de la véracité pure. Car il y a dans le licite et la vérité toute latitude pour se passer de l’illicite et de tout ce qui est vain. En effet, l’Envoyé de Dieu a dit :

*

« Malheur à celui qui ment eb rapportant une conversation destinée à faire rire l’assistance. Malheur à lui ! Malheur à lui ! »

*(At-Tirmidhî).

 *

Il a dit également :

*

« Je suis garant d’une maison au centre du Paradis pour celui qui délaisse le mensonge, même en plaisantant »

*(Al-Baïhaqî).

 *

Il a dit encore :

*

« Le serviteur n’acquiert pas la Foi entière, tant qu’il ne délaisse pas le mensonge dans la plaisanterie et la sournoiserie, même lorsqu’il est véridique »

*(Ahmed).

*

Or, on constate que les gens laissent aller leur imagination pour forger des plaisanteries et ne s’embarrassent d’aucun scrupule pour faire circuler des histoires sensées être rapportées par leurs adversaires ou leurs amis pour s’amuser ou se moquer d’eux.

 *

Ils savent pourtant que la religion interdit totalement ce genre d’attitude. En vérité, la plaisanterie nourrit du mensonge conduit souvent à des ressentiments et des hostilités.

  

 

  La suite du sujet avec les thèmes suivants :

****

La flatterie est un chemin qui conduit souvent au mensonge

*

Le commerçant et son travail

*

  Le faux serment et le faux témoignage

**

 La parole de chacun, une loi respectable

 

 

  

 

 

Publié dans Le musulman

Commenter cet article