Texte Libre

La femme en Islam

Samedi 24 mars 6 24 /03 /Mars 00:00

*

Recommandation d'une mère à sa fille.

*

=

A l’occasion du mariage de sa fille au roi Al Harith Ibn ‘Amr Al Kindi, sa mère lui adressa ces conseils : 

*

=

Ma petite, si je pouvais échanger cette recommandation contre une vertu ou une noblesse héréditaire, je le ferais. Ce n’est qu’un rappel au sensé et un avertissement à l’insouciant.

*

Ma petite, s’il n’y avait de raison pour une fille de se passer du mari que le seul fait que ses parents lui suffisent, tu serais celle qui se passerait le plus largement de lui. Mais nous sommes crées pour les hommes tout comme ils sont crées pour nous.

*

Ma petite, tu as quitté le pays où tu es née, et la demeure où tu as grandit vers un endroit que tu ignores et un compagnon auquel tu n’es pas habituée. En te possédant il est devenu ton roi. Sois donc son esclave, il sera ton esclave.

 

*

Applique ces dix vertus. Elles te seront très utiles :

**

1 - Lui tenir compagnie en étant contente de ton sort, car c’est en cela que réside la tranquillité de l’esprit.

*

2 - La bonne attitude consiste à l’écouter et à lui obéir convenablement car cela engendre la satisfaction d’Allah .

*

3- Scruter ce qui attire ses yeux et les choses auxquelles son nez est sensible : qu’il ne voit pas en toi ce qui le déplait et ne sente en toi que la bonne odeur.

*

4 - Le Khôl et l’eau. Sache que le Khôl est le meilleur produit de beauté et l’eau est le parfum le plus cher . [ Note du traducteur : c’est à dire se laver fréquemment, car à quoi sert le parfum le plus cher s’il se mélange à l’odeur de la sueur ? ]

*

5 - Garder ses secrets. Si tu dévoile un de ses secrets tu ne seras plus à l’abri de sa trahison.

*

6 - Eviter tout ce qui peut perturber son sommeil car ceci provoquera sa colère.

*

7 - Garder sa maison et ses biens car ceci est une preuve de la juste mesure.

*

8 - Bien entretenir ses proches parents et sa progéniture car ceci relève de la bonne direction des choses.

*

9 - Respecter les heures du repas, car le feu de la faim est brûlant.

*

*

10 - Ne lui désobéit pas. Lui désobéir créera en lui un ressentiment contre toi. Et plus tu lui montres de l’intérêt et du respect et plus il est généreux à ton égard. De même, plus tu es en accord avec lui plus il te tient bonne compagnie. Mais sache que tu ne peux réussir tout cela sauf si tu mets en priorité ses désirs et sa satisfaction par rapport aux tiens dans ce que tu  aimes et dans ce qui te répugne.

 

 

 

 


..........................................................................................................................................................

 

 

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 12 janvier 5 12 /01 /Jan 00:02

*

Le Statut de Femmes avant et après l'islam

              *

    L'Islam a accordé une place de choix à la femme musulmane.

 

 
 
En effet, elle bénéficie, dans la loi islamique, d'une grande attention, susceptible de préserver sa chasteté, de la rendre puissante et d'avoir une place respectable dans la société et d'être respectée de tous.

*

« Ô Humains ! Nous vous avons effectivement crées d'un mâle et d'une femelle, et vous avons répartis en nations et tribus, pour que vous connaissiez les un les autres. Le plus honorés d'entre vous, auprés de Dieu, ce sont les plus pieux ! Dieu connaît tout, et est bien informé, vraiment ! »

                        
                                      Sourate 49, Al Hujurat (Les appartements), verset 13

La femme mu
sulmane doit respecter et se faire respecter. Elle doit imposer sa présence en tant qu'être adulte réfléchi, éduqué.
Quand à ceux qui transgressent l'ordre établi, qu'ils apprenne que le Saint Prophète les a avertis en ces termes :
 
« Injurier un croyant (à plus forte raison, une croyante) constitue le délit dit : « Fou- souq » et le fait de le/la provoquer (ou agresser) est un acte (délibéré) d'infidélité. »

Une telle attitude est inqualifiable et condamnable « islamiquement » parlant. Un époux, qui s'abaisse à de viles insultes à l'égard de sa maisonnée, est indigne de ce nom. Il ne réussit qu'à perturber son entourage, ce qui n'est certainement pas propice à une gestion efficace de la cellule familiale.
*
Tout musulman qui se respecte doit faire preuve de cohérance dans son comportement, aussi bien au sein de sa famille que vis à vis de la société dans laquelle il évolue. Se montrer intraitable chez soi et coutois ailleurs est la pire forme d'hypocrisie. Le musulman doit être un modèle et pour sa famille et pour la société.

Le plus tragique c'est que, les mauvais époux par manque de connaissances islamiques ne se rendent pas compte de leur erreur, persuadés que le statut d'époux leur confère tous les droits. Et leur égoïsme, leur ignorance, les empêche de voir leurs injustices alors qu'ils sont prompts à tecter les mêmes injustices si jamais elles sont perpétrées sur d'autres personnes que les membres de leur propre famille.

Lorsqu'il a été
interdit par la Charia d'agresser même un étranger du moment que celui-ci pratique la prière, qu'en sera-t-il de quelqu'un qui agresse sa propre famille (qu'il est sensé protéger) et que lui adviendra t-i-il si, en plus celle-ci est pratiquante de sa religion ? Ne sera t-elle pas classée au rang des opprimés ? Et alors cette sitation du Saint Prophète de l'Islam ne nous vient-elle pas à l'esprit ?

 
« Craignez la plainte des opprimés car, certainement, il n'y a point de barrière entre elle et le Dieu Tout Puissant. »
 
                                             Le Saint Prophète a aussi dit :

 
« Soyez polis envers la femme, elle qui a été créée à partir d'une côte (d'Adam). Cet os (du squelette humain) rappelons-le étant incurvé de nature, se briserait si nous essayons de le redresser. Sa forme naturelle lui sied mieux. Soyons donc compréhensif vis-à-vis de nos épouses. »   
                                                           
                                                   (Boukhâri et Mouslim)
                                                                      *
Dans cette mesure : « La femme est comparable à la côte de l'homme », en ce sens que, si vous acceptez sa nature (et la respectez pour ce qu'elle est, et représente pour le foyer) elle pourra mieux faire valoir ses qualités (cachées en elle). »
 
                                                           (Boukhâri)
*
Ce
ne sont pas là des leçons de physiologie pour le plaisir des sens ou du savoir. Ce sont des détails importants pour que nous réglions notre comportement en fonction de certaines différences qui méritent notre attention e
t considération.
 
 C'est à l'homme de comprendre et de faire preuve de tolérance et de sagesse. Pour cela, il est impérieux de connaître la vraie nature féminine et d'apprendre pas exemple, que ce n'est pas en opposant l'obstination à l'obstination qu'on arrive à une solution et une harmonie durable.
*
L'homme apprendra que la brutalité n'est jamais une excuse et qu'une réaction digne devant les petites indiscrétions et autres agaceries féminines ne peut qu'être recommandée. Dans le cas contraire, il ne réussirait qu'à se faire détester ou à provoquer un divorce.
 *
Dans ses recommandations concernant les rapports « Tar'biyat » vis-à-vis de l'épouse, le Saint Prophète a mis l'emphase sur la gentillesse la tolérance, la compréhension et l'indulgence du côté de l'homme. Par exemple, le simple geste d'encourager son épouse à manger pour lui montrer son souci et son affection pour elle, est un acte pieux comparable à la charité dans le sens religieux du terme.
*
De plus, toute preuve de compassion, de compréhension et de modération à son égard constitue pour le mari et chef de famille un geste fort louable ayant la même valeur qu'un acte de charité pour lequel il aura sa récompense ici et dans l'au-delà.
*
Et enfin, dans nos rapports avec votre famille, craignons ALLAH. Car « Quiconque n'a fait montre de compassion (vis-à-vis de ses proches) ne doit pas s'attendre à en recevoir (de la part du Très Haut) » nous rappelle Le Saint Propte .
*

A partir de là, l'épouse est confiée telle un objet de valeur à l'époux qu'il incombera à celui-ci de respecter en veillant sur elle. C'est ainsi qu'il se fera honneur en honorant celle qui lui a été confié au nom d'ALLAH.
 
                                                     

 

 

 


 

..............................................................................................................................................................

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 7 janvier 7 07 /01 /Jan 10:50

*

La Femme en Islam

*

La femme en Islam

*

La femme avant la venue de l'Islam

*

La valorisation de la femme en Islam

*

Le statue de la femme dans la oumma

*

La différence entre l'homme et la femme

*

Les vertues nécessaire à la femme

*

La valorisation de la mère en Islam

*

Devoirs de la femme en tant que fille puis épouse.

*

**Recommandations d'une Mère à sa fille

 

*

En construction à venir prochainement...

 

 


............................................................................................................................................................;;;

 

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 26 décembre 2 26 /12 /Déc 00:00

 

 

Par le Savant Abou Bakr Al-Jazairi.
Extrait du livre: La Voie du Musulman.

 

Le musulman est chaste et pudique, c'est de la foi que le croyant se comporte avec discrétion et pudeur.

*
Le Prophète dit:

«La pudeur et la foi sont semblables quand on oublie l'un l'autre sera rejeté, les deux sont invitées à faire le bien et refuser le mal».


La foi guide l'homme à recommander le bien et à interdire le mal.

La pudeur empêche le musulman de faire la répugnance.

Le Prophète dit:

«La pudeur ne peut être acquiert que par le bien. La pudeur est le bien parfait» (Moslim).

Le contraire de la pudeur, c'est l'obscénité.
Le musulman ne doit être obscène ni odieux, ces deux qualités sont celles des gens qui ont sûrement accès à l'enfer. Quant au musulman, il a l'accès au paradis parce qu'il est pudique et croyant, il refure toute acrimonie et toute débauche.


«La pudeur est de la foi, la foi est au paradis. L'obscénité est de l'acrimonie, l'acrimonie est à l'enfer» (Ahmed).

Le Prophète nous donne le bon exemple. Il était plus pudique qu'une vierge dans sa maison.

Si le musulman exhorte les gens à être pudiques, c'est qu'il les guide à faire le bien.


Le Prophète passe tout près d'un homme qui exhortait son frère à être pudique, il lui dit:

«Laisse-le, la pudeur est de la foi».

La pudeur n'empêche pas le musulman de dire la vérité ou de solliciter un savoir ni de recommander le bien et interdire le mal.

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 30 novembre 4 30 /11 /Nov 23:33

La Femme Musulmane :
Son Statut dans la Umma

 

 


 

Par Shaykh 'Abdul 'Aziz Ibn Baz (d.1420H)

 


 [1] Le statut de la femme musulmane dans l'islam est très noble et élevé et son effet est très grand dans la vie de chaque musulman. En effet la femme musulmane est la première enseignante dans la construction d'une société juste, lorsqu'elle suit la guidée du Livre d'Allah et la Sunna du messager. Car l'adhésion au Qur`an et à la Sunna éloigne le musulman, homme ou femme de l'égarement dans n'importe quelle question. L'égarement dont souffrent les diverses nations ne vient que de leur éloignement du chemin d'Allah - le Parfait, le Très-Haut - et de ce avec quoi Ses prophètes et messagers - que la Paix et les Prières d'Allah soient sur eux tous - sont venus.                                                                

 

                                                 Le prophètea dit :

 

« Je vous laisse deux choses, vous ne vous égarerez pas tant que vous vous y accrocherez, le Livre d'Allah et ma Sunna. » [2]

 *

La grande importance du rôle de la femme musulmane - comme femme, soeur, fille et ses droits et devoirs, ont été expliqués dans le noble Qur`an et détaillés dans la Sunna authentique.

*

 Le secret de son importance se trouve dans le fardeau énorme et la responsabilité qui est placée sur elle et les difficultés qu'elle doit endosser - responsabilités et difficultés dont certaines ne peuvent être supportées par un homme. C'est pourquoi fait partie des obligations les plus importantes, de montrer de la gratitude envers la mère, de la bonté et entretenir de bons rapports avec elle. Et à cet égard, on lui donne la préséance sur le père.                                                            *                                                  Allah le Glorifié dit :

 

 

   « Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents.Vers Moi est la destination. » 

 [Sourate Luqman 31:14]

« Et Nous avons enjoint à l'homme de la bonté envers ses père et mère : sa mère l'a péniblement porté et en a péniblement accouché; et sa gestation et sevrage durant trente mois »    

[Sourate Ahqaf 41:15]     Un homme est venu au messager d'Allah et a dit :

 

 

 

« Ô messager d'Allah! Qui parmi les hommes mérite plus que j’entretienne de bons rapports avec lui ? »

Il a répondu : « Ta mère. »

L'homme a demandé, « Qui ensuite ? »

Il a répondu : « Ta mère. »

L'homme a alors demandé, « Qui ensuite ? »

Donc le Prophète a répondu de nouveau : « Ta mère. »

Alors l'homme a demandé, « Qui ensuite? »

 Donc il a répondu : « Ton père. » [3]

 

Donc cela nécessite que l'on donne à la mère trois fois la bonté et le  bon traitement que l'on donne au père.

*

En ce qui concerne l'épouse, son statut et son effet sur l'apaisement de l'âme et sa sérénité ont été clairement montrés dans le noble verset, dans Sa Parole :

  « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »

 [Sourate Ar-Rum 30:21] Al-Hafidh Ibn Kathir (d.774H) - rahimahullah - a dit dans l'explication des termes muwaddah et rahmah contenus dans le susdit verset :

 « Al-muwaddah signifie l'amour et l'affection et ar-rahmah signifie la compassion et la pitié - puisqu'un homme prend une femme en raison de son amour pour elle, ou par compassion et pitié pour elle; en lui donnant un enfant de lui ? » [4]

Et la position unique que la femme du prophète Khadija - radiyallahu 'anha - a pris, avait un effet énorme dans le calme et l'assurance du messager d'Allah lorsque l'ange Jibril ('alayhi salam) est venu pour la première fois à la caverne de Hira. Ainsi le prophète est revenu vers Khadija (radiyallahu 'anha) avec la première Révélation et son de coeur battait très fort et il tremblait, et il lui a dit : « Couvrez-moi! Couvrez-moi! »

 

Donc elle l'a couvert jusqu'à ce que sa crainte disparaisse, après quoi il a raconté à Khadija (radiyallahu 'anha) tout ce qui était arrivé et dit : « Je crains que quelque chose ne m'arrive. »

 Donc elle lui a dit : « Jamais! Par Allah! Allah ne te déshonorera jamais. Tu maintiens les liens de parenté, tu aides le pauvre et l'orphelin, tu sers généreusement tes invités et aide ceux qui ont été affligés par un désastre. » [5]

 

 Et n'oubliez pas 'Aisha (radiyallahu 'anha) et son grand effet. Au point que même les grands Compagnons prenait d'elle la science du Hadith et beaucoup de Sahabiyat ont appris d'elle les diverses règles se rapportant aux questions des femmes.   Et je n'ai aucun doute que ma mère - qu'Allah lui fasse miséricorde- a eu un effet énorme sur moi, en m'encourageant à étudier; et elle m'y a aidé. Qu'Allah augmente énormément sa récompense et la récompense de la meilleure des récompenses pour ce qu'elle a fait pour moi. Et il n'y a aucun doute aussi, que la maison dans laquelle il y a bonté, douceur, amour et soin, avec l'éducation islamique correcte (tarbiya) affectera énormément l'homme. Donc il sera, si Allah le veut - couronné de succès dans ses affaires et dans toute chose, la recherche de la science, le commerce, le travail, ou autre que cela. Donc c'est à Allah Seul que je demande d'accorder le succès et de nous guider tous vers ce qu'Il aime et ce dont Il est satisfait. Et que les Prières et la Paix d'Allah soient sur notre prophète Muhammad et sur sa Famille, ses Compagnons et ses disciples.

    Notes de bas de page :

 

 

 [1] Cet article est une réponse à une question particulière concernant la position et le statut de la femme musulmane et a été pris de Majmu'ul Fatawa wa Maqalatil Mutanawi`a (3/348-350).

[2] Hassan : Rapporté par Malik dans Al-Muwatta (2/899) et Al-Hakim (1/93), d'après Ibn 'Abbas (radiyallahu 'anhu). Il a été authentifié par Shaykh Al-Albani dans As-Sahiha (No 1871).

[3] Rapporté par Al-Bukhari (No 5971) et Muslim (7/2), d'après Abû Hurayra (radiyallahu 'anhu).

[4] Tafsir Qur`anil A'dhim (3/439) d'Al-Hafidh ibn Kathir.

[5] Rapporté par Al-Bukhari (1/22) et Muslim (1/139), dans la longue narration de 'Aisha (radiyallahu 'anha).

 

 

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 19 novembre 7 19 /11 /Nov 19:38

La Femme en Islam

 

 La norme du mariage dans l’Islam est la monogamie. Cependant, comme plusieurs peuples et religions incluant les prophètes de la Bible, l’Islam a permis la polygamie, déjà existante (polygamie), mais il la règule et la restreint. Elle n’est ni exigée ni encouragée. L’esprit de la loi est de prendre des mesures concernant les événements imprévus des personnes et de la collectivité (par exemple, les déséquilibres créés par les guerres) et de fournir une solution morale, pratique et humaine aux veuves et aux orphelins.

Ceci peut expliquer pourquoi le verset qui règle la polygamie a été révélé après la guerre d’Ohod, dans laquelle des douzaines de musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins dans le besoin.

Tous les intéressés impliqués dans un mariage polygame ont des options. Une femme ne peut être forcée à devenir une seconde épouse. La première femme qui n’accepte pas une situation de polygamie a le droit de demander le divorce.

La responsabilité du mari sur l’entretien, la protection et la direction de la famille, en général, dans l’esprit de la consultation et de la gentillesse, est la signification du terme coranique “Qawwamoune”(Sourate 4 v.34). Ce terme est souvent mal traduit par “qui a de l’autorité sur les femmes”. De la même façon Dieu a doté les hommes et les femmes de qualités physiologiques et autres, différentes et complémentaires mais également importantes. Ceci mène à certains rôles et devoirs différents mais complémentaires à l’intérieur de la cellule familiale. C’est ce à quoi le Coran réfère par le terme “(fad’)darâdja” (Sourate 2 v.228), souvent mal traduit comme “parce que Dieu l’a fait supérieur à l’autre”. Cette différenciation se retrouve strictement dans les rôles, non dans le statut ou l’honneur.


Dans le cas d’une dispute familiale, le Coran exhorte le mari à traiter sa femme gentiment et à ne pas négliger ses côtés positifs. Si le problème est relié au comportement de la femme, son mari peut la rappeler à la raison. Dans la plupart des cas, cette mesure suffit. Dans les cas où le problème continue, le mari peut exprimer son mécontentement d’une autre façon pacifique, soit en dormant dans un lit séparé du sien. Cependant, il y a des cas où la femme persiste à maltraiter de façon délibérée son mari et néglige ses obligations conjugales. Au lieu du divorce, le mari peut avoir recours à une autre mesure qui peut sauver son mariage, du moins dans certains cas. Cette mesure est décrite plus précisément comme étant une petite tape sur le corps, mais jamais sur le visage, ce qui est plus une mesure symbolique que punitive. La loi islamique a bien précisé qu’avoir recours à cette mesure extrême et exceptionnelle considérée comme le moindre de deux maux (l’autre étant le divorce), est sujet à des restrictions explicites.

Elle ne doit pas être sévère au point de causer des blessures ou même de laisser une marque sur le corps. Les lois américaines ou européennes contemporaines ne considèrent pas une tape légère qui ne laisse aucune marque sur le corps comme un abus physique.


C’est la même définition qu’ont donnée les juristes musulmans il y a plus de 1400 ans. Dans plusieurs paroles, le Prophète a découragé son utilisation, aussi légère soit-elle. “Ne frappez jamais les servantes de Dieu (les femmes)” a dit le Prophète, qui a démontré cette noblesse dans sa propre vie conjugale.

Il s’ensuit que lorsque cette question est ramenée dans son contexte, elle n’a rien à voir au fait de sanctionner “l’abus” ou “la violence conjugale” qui est, malheureusement, répandu dans un pays tel que les États-Unis où toutes les 10 secondes une femme est battue et chaque jour quatre femmes sont tuées par leurs conjoints, ce qui fait de la violence conjugale la cause du tiers environ des meurtres commis sur les femmes aux États-Unis (1993).

Dans tous les cas, les musulmans qui passent outre les enseignements de leur foi et commettent des excès doivent être condamnés; comme tous les autres transgresseurs, sans distinction de religions.


L’affirmation erronée que les excès commis par certains musulmans peuvent être mentionnés dans un des versets parmi les 114 sourates du Coran n’est pas plus vraie que d’affirmer que la violence qui sévit contre les femmes aux États-Unis peut être retrouvée dans la Bible.

 
En répétant l’exhortation coranique sur le bon traitement envers les femmes, le Prophète Mohammad (Paix et Bénédiction sur lui) a clairement énoncé que “les meilleurs d’entre vous sont les meilleurs (dans leur conduite) envers leur famille et je suis le meilleur d’entre vous (dans ma conduite) envers ma famille”. C’est l’exemple à suivre pour le croyant sincère qui veut dépasser les paroles, et le simple habit extérieur de piété, pour puiser directement ses vertus dans le Coran et la Sounnah (habitudes du prophète).

Les formes de dissolution du mariage incluent forcément un accord mutuel entre le mari et la femme, si l’on se réfère à la sourate “Talâk” (divorce) du Coran (S.65:1-7 ou S.2:226/30, qui spécifient les différentes étapes d’un divorce); de même dans les hadiths. Le divorce est à l’initiative du mari, en général, mais peut-être l’initiative de la femme dans certains cas, voire, la décision d’un conseil sur l’initiative de la femme.

 Il est notable que malgré cette facilité apparente, les taux de divorces dans les sociétés musulmanes sont très inférieurs à ceux du monde occidental, car il faut situer cette “facilité” dans la perspective de la cohérence de l’ensemble du message coranique.

La garde des enfants après le divorce, selon la loi islamique, est le droit de la mère jusqu’à ce que l’enfant soit âgé d’environ sept ans, moment où l’enfant peut choisir le parent avec lequel il veut vivre. Toutefois, le principe directeur qui prévaut réside dans le bien-être de l’enfant et le droit des deux parents à avoir accès à leurs enfants.

En tant que mère: Le Coran prescrit la gentillesse envers les parents, particulièrement les mères. Les musulmans apprennent que “le Paradis se trouve aux pieds des mères”.

 En tant que soeur dans la foi: Le Prophète a recommandé la gentillesse, l’attention et le respect des femmes en général car elles sont les soeurs des hommes.

 Au sujet de la modestie et des interactions sociales: Il y a aujourd’hui un large fossé entre l’idéal (loi islamique) et la réalité (pratiques culturelles). L’extrémisme, dans un sens ou dans un autre, est étranger à l’esprit de la loi islamique et peut refléter de simples pratiques culturelles.

 
Les musulmans croient en une ligne directrice d’essence divine pour la modestie et la vertu se traduisant dans l’habillement et le comportement des hommes et des femmes. Le retrait de la femme dans certaines cultures est étranger à la pratique du Prophète.

Des interprétations excessivement strictes faites par des savants dans certaines cultures minoritaires conservatrices (par exemple, les restrictions quant à l’interdiction pour les femmes de conduire) sont le reflet de l’influence de ces cultures conservatrices et non une compréhension généralement acceptée de la grande majorité des savants musulmans à travers le monde.
L’Islam n’interdit pas la mixité sous deux conditions principales:

a) observation d’un devoir de réserve et de pudeur mutuel;

b) ils ne doivent pas être seuls (tête à tête).

L’Islam n’interdit pas la liberté, mais le libertinage, et ce, à l’homme et à la femme. Si la femme a le devoir de pudeur devant l’homme, ainsi de même, l’homme a la même obligation face à la femme. Point de discrimination en Islam.

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Voir les 0 commentaires
Samedi 18 novembre 6 18 /11 /Nov 20:23

Le garçon de rêve...Pour toi ma soeur...

Pour toi ma soeur...

 
Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.


Le garçon de rêve...

Elle dit en faisant tomber des larmes de regrets : « Il y eut en premier lieu un dialogue téléphonique chaleureux qui s'est transformé en histoire d'amour imaginaire. Il m'a fait croire qu'il m'aimait et qu'il allait me demander en mariage. Puis il a demandé à me voir... J'ai refusé... Il m'a menacé de couper tous les liens !! Je me suis affaiblie... Je lui ai envoyé ma photo et une lettre parfumée de rose !! D'autres ont suivis... Il m'a demandé de sortir avec lui... J'ai refusé... Il m'a menacé avec ma photo, mes lettres parfumées et ma voix au téléphone. Car il m'avait enregistré... Je suis allé le voir sans tarder, en portant sur moi la honte... Je lui ai dis : 'Le mariage... L'humiliation...' Il m'a dit avec rabaissement et moquerie 'Je ne me marie pas avec une dévergondée !'. »


Ma chère sœur...


Si tu es consciente, prête attention à ces conseils ;

N'y crois pas...

Ne crois pas qu'un jeune respecte une fille qui trahit sa famille, qui parle avec lui au téléphone ou qui sort avec lui, quelle que soit le degré d'amour qu'il peut lui montrer par de beaux discours ; il ne fait cela que pour un seul but qui n'échappe pas à une personne raisonnable.

Ne crois pas à l'émancipation de la femme et à sa liberté totale, à ceux qui prétendant qu'il faut l'amour avant le mariage. Le véritable amour n'existe qu'après le mariage et l'autre n'est qu'un amour imaginaire fondé sur le faux, sur le mensonge servant à répondre aux tentations.

Puis avec le temps, tout tombe et la vérité se dévoile.

Fais attention...

Fais attention aux conversations téléphoniques car elles seront enregistrées auprès d'ALLAH Le Très Haut et elles seront enregistrées par les démons humains (les prétendants de l'amour) qui les utiliseront comme armes de chantage ou pour nuire à ton honneur.

Evites...

Evites les magazines et les romans d'amour car ils portent sur leurs pages dorées un poison redoutable ;

ةvites les séries télévisées et les films qui égarent et qui tuent la pudeur et les bonnes mœurs ;

Evites de sortir découvertes et surtout les sorties... qui mènent vers les regrets.

Evites la compagnie qui te fait oublier le souvenir de Dieu, car généralement cette compagnie oublie elle-même son devoir.

En dernier lieu, fais attention...

Fais attention à l'ange de la mort lorsqu'il viendra pour prendre ton âme ; prépares-toi donc pour l'au-delà avec un repentir sincère et de bonnes œuvres car tu ne sais pas quand ton heure viendra...

Et après ces conseils, saches qu'ALLAH t'aide, que la porte du repentir est ouverte à ceux qui veulent se repentir et qui reviennent à ALLAH .

Et si tu as amassé des pêchés, repent-toi sans tarder d'un repentir sincère, avant que la porte ne se referme et que la terre ne t'accueille... Car à ce moment là, les regrets ne seront d'aucune utilité...


Qu'Allah nous accorde le succès !

 

 

Par Maryam - Publié dans : La femme en Islam
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Texte Libre

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus